2019


L'ŒUVRE GRAVÉ

Stéphane Mandelbaum (1961-1986)

du 29 septembre au 8 décembre 2018

 

En écho à l'exposition des dessins de Stéphane Mandelbaum actuellement présentée au Centre Pompidou jusqu'au 20 mai, nous sommes heureux de montrer les 22 gravures qui constituent l'Œuvre gravé complet de cet artiste. Né en 1961, il n'avait pas 20 ans lorsqu'il exécuta l'ensemble de ces plaques à l'École des Arts Plastiques d'Uccle (Bruxelles), académie dirigée par son père, peintre lui-même. Anne Wolfers, qui lui enseigna cette technique, témoigne en ces termes : « Il attaquait directement la plaque de zinc avec parfois devant lui une toute petite photo en triste état qu'il sortait de ses poches. Pas de travaux préparatoires, pas d'esquisses crayonnées sous les yeux, à la différence des autres élèves. Son cerveau n'était peut-être qu'un générateur de travaux préparatoires… et finis. »
Si les œuvres gravées de Stéphane Mandelbaum peuvent paraître plus « sages » et classiques que ses dessins, c'est assurément qu'elles procèdent d'une technique lente et calculée par rapport à un médium plus apte à répondre au sentiment d'urgence qui caractérise son travail. Elles sont toutes, néanmoins, très représentatives de sa quête pulsionnelle par la constance des thèmes abordés et l'intensité de leur traitement : figures obsédantes de son panthéon artistique (Bacon, Pasolini, Rimbaud) ou familial ("Szulim" le grand-père vénéré, "Shoret" le boucher juif) ; autoportraits meurtris ; corps en souffrance ("Écorchés", soldat mutilé sur le "Champ de bataille") et "Nus" orgasmiques.
Stéphane Mandelbaum est mort tragiquement en 1986, à l'âge de 25 ans.

Nous remercions Arié Mandelbaum, père de l'artiste, pour le prêt des oeuvres de cette exposition, ainsi que Bruno Jean - Galerie Tristan
Stephane Mandelbaum


> lire la suite

 

 

« SATIRICAL ABSTRACTS »

Eugene J. Martin (1938-2005)

du 26 janvier au 6 avril 2019

 

Les artistes noirs américains ont été longtemps marginalisés par les institutions et l'histoire de l'art du XXe siècle – que ce soit dans les représentations narratives issues de la "Harlem Renaissance" à partir des années 20, ou que ce soit, au tournant des années 50, par le choix d'une abstraction lyrique ou construite qui les condamnait à une forme d'invisibilité.
C'est cette problématique qui sous-tend la création et l'engagement de Eugene James Martin (1938-2005). Et particulièrement les œuvres des années 60 et 70 qui sont privilégiées dans cette exposition  : dessins de petits formats sur papier ou carton, réalisés dans des conditions de vie très précaires à une époque où, sans atelier, l'artiste travaille dans des lieux publics ou au café, à Washington. Sur la crête étroite de l'abstraction et de la représentation, Eugene J. Martin allie influences modernistes et visions singulières, fantaisie et intégrité artistique absolue, humour et double sens. Satire et abstraction, c'est ainsi qu'il définissait son art.
Quant à la "Color Line", « I'm not a black artist, I'm an artist » fut son credo.

Nous remercions Suzanne Fredericq, épouse de Eugene J. Martin, pour le prêt des oeuvres de cette exposition, ainsi que Guido H. Maus, dont la galerie Maus Contemporary (Birmingham, AL, USA) représente l'œuvre de l'artiste.


> lire la suite