2017

 

TOI & MOI

du 29 avril au 8 juillet 2017

 

Disons-le clairement : nous ne sommes pas toujours très à l'aise avec l'idée de collection, de collectionneur.
Dans notre cas, se présenter comme collectionneurs, c'est endosser un statut un peu impropre : à la fois excessif et réducteur. Car nous sommes avant tout des artistes.
Il se trouve que, depuis le début des années 90, très progressivement, nous avons constitué chacun une collection d'œuvres (de format souvent modeste) qui sont comme des touches ajoutées au spectre de notre commune passion pour l'art. Deux collections donc, bien distinctes : chacun la sienne. Ces deux ensembles, dans leur totalité, ont été déjà montrés (accompagnés de quelques œuvres personnelles) en 2004 à Belfort, à l'invitation de Philippe Cyroulnik, sous le titre choisi par lui : « toi & moi ». C'est ce même titre que nous reprenons aujourd'hui dans une approche complètement différente, puisque nous ne présentons plus qu'un très restreint choix d'œuvres.
Une sélection effectuée par « toi » dans ta collection et par « moi » dans ma collection. La quête d'une substance, le temps d'un accrochage... Sans vouloir contrarier Paul Géraldy, bien-sûr !
Myriam Bucquoit et Bernard Crespin


> lire la suite

 

 

TABLEAUX FURTIFS

Xavier Drong

du 28 janvier au 8 avril 2017

 

« Pendant toutes ces nuits d'avril, pendant qu'il arpentait ces rues, tout seul, un gratte-ciel l'a obsédé, un édifice cannelé dressant en l'air ses innombrables fenêtres éclairées, un édifice qui lui tombe dessus du haut d'un ciel balayé par les nuages. » (John Dos Passos, Manhattan Transfer).

Les tableaux récents de Xavier Drong (1971) présentés dans cette exposition semblent avoir été conçus pour se dérober à toute quête du classifiable et de l'identifiable. Ils échappent ainsi, comme les avions dits « furtifs », à toute tentative de « détection » ou de repérage et partagent avec ces engins militaires leur noire géométrie cubisante dont les facettes et les reflets nocturnes suscitent la même inquiétude sourde. Le sentiment d'un mystère qui serait, selon Jankélévitch, celui qui « résulte d'un secret traversé par un pressentiment ». Évoquant à la fois Picasso, Lüpertz et la cyber-imagerie, la peinture de Xavier Drong est âpre et puissante, austère et chargée d'énergie. Incertaine et grave aussi. Une question de survie, peut-être...

> lire la suite